Melting Pot et vin blanc doux

Parce qu'on peut pas compter que sur la Providence.

lundi 5 mai 2008

Mamies Sandwich...

Au bord du lac ce matin, deux mamies fort bien mises arboraient autour du cou de larges pancartes sur lesquelles on pouvait lire: De quoi notre monde manque-t-il le plus aujourd'hui ?     - Amour    - Espérance    - Foie.
Posté par Marie Fox à 11:45 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

samedi 3 mai 2008

Morning song

Les oiseaux des villes, vraiment, n’ont rien à voir avec les piafs des champs, qui ne causent que pour communiquer. Eux se retrouvent tôt le matin pour répéter des symphonies organisées, et c’est comme d’assister, mollement vautré aux oreillers, au filage d’un concert à venir. On sent que tout est prêt, ou presque, et y’a plus qu’à chronométrer, sous la conduite du chef d’orchestre, la durée du pestacle. Deux heures, ou toute une journée, ces musiciens là sont jamais fatigués de souffler, de battre ou bien d’improviser,... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 09:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 1 mai 2008

Hymn rack

L'un de nos aimables lecteurs saurait-il ce que les anglais de religion anglicane, appellent un "hymn rack". Et le sachant, aurait-il la bonté de nous éclairer de ses lumières, vu que je nagions dans l'approximation supputatoire depuis déjà quelques semaines. Du contexte on apprend que l'objet est fait de bois, doté d'une fente et de boutons noirs sur lesquels sont inscrits des numéros en blanc, et tout porte à penser qu'il s'agit d'une sorte de juke box d'église, mais n'en ayant personnellement jamais vu, malgré une... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 1 mai 2008

Long live, dear irish friends.

Posté par Marie Fox à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 1 mai 2008

Pour mémoire...

Aujourd’hui premier mai, ayons une pensée pour la mémoire de Marchais, Lajoinie, Krasucki et Hue, morts au champ d’honneur des muguets(1) pour la défense du prolétaire libre sans s’apercevoir une seconde qu’il n’y avait plus personne derrière eux, et que la conscience de classe était tout doucement devenue une notion obsolète, les ouvriers refusant désormais d’être identifiés au premier coup d’œil comme tels et rejetant le port de la casquette à oreillettes et du casse-croûte trimballé dans un pot à lait en fer blanc. On ne... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 30 avril 2008

Juste là...

un brin de lecture. En anglais, l'article est de Monsieur Beard.
Posté par Marie Fox à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 30 avril 2008

Des explications bienvenues.

L’un des mots qui m’aient le plus intrigué quand j’étais môme, c’est chandail. Je comprenais bien à la lecture qu’il devait s’agir de ce que ma mère appelait un pulovaire, mais je le trouvais bizarre. Je me suis depuis ponctuellement demandé d’où ça pouvait venir, mais ma feignasserie chronique n’avait jamais permis à ma quête d’aboutir. Or, qu’est-ce que je découvré-je aujourd’hui sans effort, grâce à la télévision que j’ai désormais chez moi ? Je découvré-je que chandail vient de marchand d’ail, et pas d’un obscur bas... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 17:13 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
mardi 29 avril 2008

Muleta.

Muleta : La muleta, c’est cette sorte de cape montée sur un bâton dont use le matador durant la faena, dernière phase du combat avant l’estocade qui verra le toro succomber en meuglant comme une vulgaire vache devant un toreador virevoltant d’élégance pailletée. Précisons à l’usage des débutants en espagnol qu’il ne faut pas confondre la muleta, qui signifie au choix canne anglaise ou leurre fait d’un drap de serge rouge monté sur un bâton[1], avec l’amuleto, qui signifie amulette, autre accessoire essentiel, avec le signe... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 14:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 29 avril 2008

Si vous avez,

une morale défaillante, un intellect hésitant, des doutes relatifs à ce qu’il convient de lire, d’écouter, de penser, de dire ou ne pas dire ; si vous vous sentez trop in, trop out, inféodé aux modes, complaisant, consensuel à minima, conformiste, geignard, englué dans le factice frelaté, laborieux, voire fasciné par des choses malsaines, c’est que vous ne lisez pas ce qu’il convient de lire. Songez pourtant que tout n’est pas perdu. Il reste des poètes pour vous montrer le chemin vers l’amélioration du soi, goliards... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 08:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 28 avril 2008

Ben quoi,

j'ai du boulot. Pas vous ?
Posté par Marie Fox à 17:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]