Melting Pot et vin blanc doux

Parce qu'on peut pas compter que sur la Providence.

lundi 15 septembre 2014

Mais c'est vous qui l'avez voulu, mon amour...

Je cherchais un texte qui rassemble les difficultés majeures de prononciation du français pour les espagnols. Des j, des z, des v, des ou, des u, et tout à l'heure, en écoutant Gainsbourg.... en musique, c'est toujours mieux. Ils risquent de me mâchonner la Javanaise un moment avant d'y arriver, mais ça coûte rien d'essayer... La javanaise.  
Posté par Marie Fox à 16:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 27 août 2014

épitaphe d'un avare.

Ci-gît qui follement se hata d'expirer Pour ne pouvoir pas digérer Les frais qu'auraient coûté Sa longue maladie S'il savait ce qu'il coûte A se faire enterrer, Il aurait regret à la vie.   Amusements d'un philosophe solitaire, J. Bardoux, 1782.
Posté par Marie Fox à 15:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 27 août 2014

Eussé-je écrit pour un public djeun

que je me serais abstenue de reproduire ici cet extrait de "Imirce, ou la fille de la nature", mais je crois qu'on est plus ou moins entre vieux cons (mais non, restez) et que ça devrait, comme à moi, vous arracher un franc sourire. Comme je suis bonne, je vous épargne les f/s, u/v et autres "ois" qui plombent ce siècle. "Le médecin avait ordonné un lavement. On fut le commander à l'apothicaire. Ariste, occupé dans ce moment, oublia de me donner des notions du lavement & des cérémonies qui le précedent L apothicaire entra chez... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 12:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 26 août 2014

bidonnage matinal...

C'est en cherchant un vieil album sur Pirate Bay que je suis tombée ce matin là-dessus. Aznavour iningliche. De quoi décomplexer tous les handicappés de l'accent british ! Allez, tous en choeur lette mi telle of eu taime ouère ze oueurld ouaze in raïme ouize ze saounde of aour lafteur....  
Posté par Marie Fox à 09:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
lundi 25 août 2014

Ca me cloue le bec !

Quand je lis le Canard, je commence toujours par les perles de la presse. Aussi ce matin, après avoir fait l’emplette de mon journal préféré, me suis-je tout droit rendue à la page 6, pour y découvrir exactement les mêmes que la semaine dernière. Sacrebleu !  M’exclamai-je incontinent, voilà qu’eux aussi nous prennent pour plus séniles que nous ne sommes. C’est en passant à la rubrique « couac », elle aussi identique à celle de la semaine dernière, que j’ai compris que j’avais encore inconsidérément présumé de mon... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 12:54 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
lundi 21 juillet 2014

Eloge (avorté) de la tendresse.

Un rire grave dans la nuit, des tintements de verres, un murmure – c’est le vent que coupent les feuilles aigues des lauriers roses, l’ombre du dos d’un chat sur le mur dénudé. Dans un reflet de gris, quelques belles de nuit jettent un effet de rose, les bulles du vin sec s’éteignent en bémols, le silence enfin parle et chuchote à mon cœur des bribes de poèmes et puis soudain, comme un poing dans la gueule, hargneux un voisin hurle, à son fils ? à son chien ? Arthur, j’ai dit couché !
Posté par Marie Fox à 21:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

lundi 14 juillet 2014

Indignez-vous !

Des figuiers, des ajoncs, des tortues, des sarcelles, des mûres dans les ronces, le vent qui fait bruisser les bambous plantés drus dans un ruisseau salé, des mulets en pagaille dans les ombres de l’eau, une couleuvre lente, des cactus tout fleuris de fleurs de papier jaune, et dans ce paradis, chemin vers nulle part, cinquante fadas courent, i-pod au bras, en plein soleil, le cœur battant et sans rien voir, et on ose dire que c’est bon pour la santé !
Posté par Marie Fox à 20:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
lundi 14 juillet 2014

Singing in the wind.

Tout autour le ciel délavé à peine ponctué de sternes dessinait un linceul d’été. Les jupes des rares passantes s ‘envolaient de mistral, salé, mouillé à peine de quelques gouttes, comme un parfum vaporisé. Les pins parasols torturés montraient aux acacias frivoles qu’on n’ondule pas dans le vent quand on est né bien éduqué en restant droits dans les bourrasques. Ici et là des clebs amorphes imprimaient leur odeur fétide  à des jardins en déshérence clos de bambous mal équarris, des vieux aux pupilles transparentes parlaient... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 20:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 8 juillet 2014

Plan B

Il était à peu près six heures, et j’avais de bonnes chances de la trouver chez elle, encore qu’aucune certitude. Malgré ses quatre-vingt-douze ans, mon arrière-grand-mère avait toujours bon pied bon œil, et continuait à marcher dix kilomètres tous les jours, l’occasion pour elle d’aller saluer ceux de ses conscrits du village encore vivants mais qui moins chanceux qu’elle – ou moins opiniâtres – devaient désormais se contenter de regarder le monde par leurs fenêtres.  Il faut bien avouer qu’elle était ce qu’on appelle... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 09:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
jeudi 26 juin 2014

Artem quævis alit terra

En tout lieu, le métier nourrit son homme. Voilà bien une juste maxime, et qui ne m'inspirerait aucune répulsion si mon Chonchon, l'ayant faite sienne, n'était venu il y a quelques jours m'annoncer que, son diplôme (presque) en poche, il venait de se trouver du boulot pour un an... à Pékin. Pékin en Chine ? me suis-je bêtement demandé. Ben oui, en Chine, quand on est prof de Français Langue Etrangère, on a plus de chances de se trouver un travail ailleurs qu'ici. Je le savais, que Chonchon allait se tirer au bout du monde - c'est un... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 09:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]