Melting Pot et vin blanc doux

Parce qu'on peut pas compter que sur la Providence.

lundi 25 août 2014

Ca me cloue le bec !

Quand je lis le Canard, je commence toujours par les perles de la presse. Aussi ce matin, après avoir fait l’emplette de mon journal préféré, me suis-je tout droit rendue à la page 6, pour y découvrir exactement les mêmes que la semaine dernière. Sacrebleu !  M’exclamai-je incontinent, voilà qu’eux aussi nous prennent pour plus séniles que nous ne sommes. C’est en passant à la rubrique « couac », elle aussi identique à celle de la semaine dernière, que j’ai compris que j’avais encore inconsidérément présumé de mon... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 12:54 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

lundi 21 juillet 2014

Eloge (avorté) de la tendresse.

Un rire grave dans la nuit, des tintements de verres, un murmure – c’est le vent que coupent les feuilles aigues des lauriers roses, l’ombre du dos d’un chat sur le mur dénudé. Dans un reflet de gris, quelques belles de nuit jettent un effet de rose, les bulles du vin sec s’éteignent en bémols, le silence enfin parle et chuchote à mon cœur des bribes de poèmes et puis soudain, comme un poing dans la gueule, hargneux un voisin hurle, à son fils ? à son chien ? Arthur, j’ai dit couché !
Posté par Marie Fox à 21:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
lundi 14 juillet 2014

Indignez-vous !

Des figuiers, des ajoncs, des tortues, des sarcelles, des mûres dans les ronces, le vent qui fait bruisser les bambous plantés drus dans un ruisseau salé, des mulets en pagaille dans les ombres de l’eau, une couleuvre lente, des cactus tout fleuris de fleurs de papier jaune, et dans ce paradis, chemin vers nulle part, cinquante fadas courent, i-pod au bras, en plein soleil, le cœur battant et sans rien voir, et on ose dire que c’est bon pour la santé !
Posté par Marie Fox à 20:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
lundi 14 juillet 2014

Singing in the wind.

Tout autour le ciel délavé à peine ponctué de sternes dessinait un linceul d’été. Les jupes des rares passantes s ‘envolaient de mistral, salé, mouillé à peine de quelques gouttes, comme un parfum vaporisé. Les pins parasols torturés montraient aux acacias frivoles qu’on n’ondule pas dans le vent quand on est né bien éduqué en restant droits dans les bourrasques. Ici et là des clebs amorphes imprimaient leur odeur fétide  à des jardins en déshérence clos de bambous mal équarris, des vieux aux pupilles transparentes parlaient... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 20:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 8 juillet 2014

Plan B

Il était à peu près six heures, et j’avais de bonnes chances de la trouver chez elle, encore qu’aucune certitude. Malgré ses quatre-vingt-douze ans, mon arrière-grand-mère avait toujours bon pied bon œil, et continuait à marcher dix kilomètres tous les jours, l’occasion pour elle d’aller saluer ceux de ses conscrits du village encore vivants mais qui moins chanceux qu’elle – ou moins opiniâtres – devaient désormais se contenter de regarder le monde par leurs fenêtres.  Il faut bien avouer qu’elle était ce qu’on appelle... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 09:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
jeudi 26 juin 2014

Artem quævis alit terra

En tout lieu, le métier nourrit son homme. Voilà bien une juste maxime, et qui ne m'inspirerait aucune répulsion si mon Chonchon, l'ayant faite sienne, n'était venu il y a quelques jours m'annoncer que, son diplôme (presque) en poche, il venait de se trouver du boulot pour un an... à Pékin. Pékin en Chine ? me suis-je bêtement demandé. Ben oui, en Chine, quand on est prof de Français Langue Etrangère, on a plus de chances de se trouver un travail ailleurs qu'ici. Je le savais, que Chonchon allait se tirer au bout du monde - c'est un... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 09:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

mercredi 25 juin 2014

la belle dé(gaine)

Lors de notre dernière "soirée filles", alors que nous nous plaignions de concert des ravages de la cinquantaine, l'une d'entre nous, plus "in" que les autres a lancé avec désinvolture mais pourquoi vous mettez pas des spanks, avec ça on voit plus ton bide ! Des spanks ? nous exclamâmes-nous en choeur, et quésaco ? Ben des spanks, des body shapers quoi. Une fois n'est pas coutume, ma maîtrise de l'anglais me donna une longueur d'avance sur le "ah!" général. Des gaines. J'avais de la chose deux images, celle des catalogues... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 12:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 14 juin 2014

A bon entendeur (Damien), salut.

VOLTAIRE.   Quand les familles se maintiennent longtemps, on peut remarquer que la nature finit par produire un individu qui renferme en lui les qualités de tous ses ancêtres, et qui montre unies et complètes toutes les dispositions jusqu’alors isolées et en germe. Il en est de même des peuples, dont toutes les qualités s’expriment une fois, si le bonheur le veut, dans un individu. C’est ainsi qu’on vit paraître en Louis XIV un roi français par excellence, et dans Voltaire l’écrivain le plus éminemment français qui se puisse... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 14:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
dimanche 8 juin 2014

A Jacques Rouvière, dédicace.

Je donne un cours de français à deux élèves de seconde qui comptent un peu sur mon aide pour réaliser l'anthologie de poésie sur un thème de leur choix que leur prof attend pour lundi. On est jeudi, j’improvise une razzia dans la bibliothèque, et après un rapide tour d’horizon, les mains poussiéreuses, je leur propose l’humour. Ca leur convient. Moi aussi, d’autant que j’ai toujours à portée de main l’irremplaçable « dix siècles d’humour dans la littérature française » de Jacques Rouvière, quelques recueils de Vian, Allais,... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 13:09 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
vendredi 30 mai 2014

Les mots du rugby

  Peut-être comme moi avez-vous regardé samedi dernier le formidable match qui opposait Toulon à Sararacens, et exulté devant les deux essais d’une parfaite élégance de nos toulonnais nationaux. Sûr qu’on les préfère sur un terrain de rugby qu’aux urnes, mais là n’est pas le propos. Si j’aime le rugby, c’est, aussi, à cause de la créativité des entraîneurs et joueurs en matière de langage. Sud, et sud-ouest obligent, leurs expressions aussi fleuries que grivoises me ravissent à tout coup. Comment ne pas sourire à l’image de... [Lire la suite]
Posté par Marie Fox à 09:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]