Melting Pot et vin blanc doux

Parce qu'on peut pas compter que sur la Providence.

vendredi 10 novembre 2017

La vie des mots

 

 Oui, c’est une contrepèterie, et chose rare, une de celles qu’on peut enseigner aux enfants. Bref. Ce n’est pas là le sujet qui me préoccupe. En faisant mon tourduweb-café ce matin, je tombe sur ce titre du Guardian « Media hails success of Trump’s pilgrimage to Beijing ». Le sens est parfaitement clair, pas besoin de dictionnaire, si ce n’est que ce « hail » me titille l’oreille. Hail, en anglais, c’est la grêle. Du moins, c’est le sens que je lui connais, mais il signifie aussi, visiblement, « célébrer ». Dans ces cas-là, déformation professionnelle oblige, j’ouvre mon dictionnaire. Et je découvre donc que c’est aussi « héler » (un taxi), « saluer »  (all hail ), « venir de » (hail from) et « Ave » dans le fameux « Ave Maria » (Hail Mary) – et je m’étonne qu’on ne me l’ai jamais faite. Mais alors, quid du visage grêlé ? dit-on hailed face ? Ben non, bien sûr. On dit « pockmarked". L’intestin grêle lui devient le « small intestine », et le maigrichon (aux jambes grêles) est tout simplement « skinny », lequel skinny désigne également le lait écrémé ou les ragots (gossip). Chaque fois que je dévide ce genre de bobine de mots pour mes élèves, ils sont partagés entre ahurissement et désespoir, et franchement, je les comprends. Il n’y a pas si longtemps, l’un de nos estimés ministres, je crois que c’était Luc Châtel, prétendait amener nos écoliers à parler l’anglais aussi bien que leur langue maternelle dès la fin du primaire. Il nous arrive à tous de proférer de louables conneries. Mais celle-là me revient en mémoire chaque fois que j’ouvre un dico (et croyez-moi, c’est tous les jours). J’ai beau travailler cette langue depuis des décennies, je suis encore bien loin de la parler comme ma langue maternelle. En vrai, je crois que jamais je n’ai traduit une page entière sans me reporter à ce fabuleux ouvrage qu’est l’Oxford Dictionnary dont, c’est promis, je vous conterai l’histoire un jour où je n’aurai rien d’autre à faire. En attendant, all hail, faut que j’aille faire des courses parce que je n’ai plus de café, et sans café, je ne suis plus moi-même.

Posté par Marie Fox à 08:09 - Insignifiances - Commentaires [4] - Permalien [#]

piedmarie3


Commentaires

    Skinny, seconde peau

    jean avec lequel on ne peut pas tricher. Complexés s'abstenir !!!

    Posté par Bedelle, vendredi 10 novembre 2017 à 19:22
  • tu voulais dire, jean dans lequel on ne peut pas rentrer ?

    Posté par marie, samedi 11 novembre 2017 à 07:03
  • Perso, je n'entre dans aucun jean.

    Posté par chri, jeudi 16 novembre 2017 à 22:33
  • oui mais toi tu mets des survêts non ?

    Posté par marie, samedi 18 novembre 2017 à 08:11

Poster un commentaire