Melting Pot et vin blanc doux

Parce qu'on peut pas compter que sur la Providence.

vendredi 30 septembre 2016

The people united...

J'aime assez associer à mes heures de traduction une musique de fond qui fasse écho à la langue que je traduis. Chez les espagnols/latinos (qu'ils me pardonnent de les mettre dans le même panier) j'ai une faiblesse pour Luz Casals et Quilapayun, que mes fils détestent "positively". C'est en les réécoutant hier que m'est revenue une anecdote qui m'avait fait hurler de rire. Mon chonchon, politisé tout petit par des parents indécrottables, était venu me voir, l'année de ses 16 ans, pour évoquer le caractère "révolutionnaire" du peuple américain (et pour lui, l'amérique c'est les USA). Il avait tenu à me faire écouter un morceau de rock protestataire trouvé je ne sais où qui, selon lui, témoignait bien de la vigueur du mouvement protestataire américain. Et il m'avait balancé une traduction du "pueblo unido" de Jara sur fond de guitarre électrique, s'offusquant de mon irrépressible hilarité. Mais qu'on me pardonne, ce chant-là dans la bouche d'un américain, c'est comme le "chant des partisans" dans la bouche de Pétain. Y'a des limites à ne pas franchir...

Posté par Marie Fox à 10:23 - Les mômes. - Commentaires [1] - Permalien [#]

piedmarie3


Commentaires

    Ah Oui

    Faut pas pousser quand même!

    Posté par chri, dimanche 2 octobre 2016 à 16:07

Poster un commentaire