Melting Pot et vin blanc doux

Parce qu'on peut pas compter que sur la Providence.

mercredi 29 juin 2016

Une plume au chapeau,

et l'autre au cul disait ma grand-mère Victor qui n'avait pas lu La Fontaine et ignorait qu'en français châtié, on eût plutôt dit Grosjean comme devant pour évoquer un échec sans équivoque.

Je suis, quant à la chose écrite, une emmerdeuse accomplie, a fucking nitpicker, et n'allez pas traduire ça par puriste. Rien ne me ravit autant qu'une liberté impromptue, et Pardaillan pourrait s'exclamer ta mère! à la fin d'une tirade que j'applaudirais des deux mains. Notez, d'ailleurs, que c'est un travers inoffensif que s'attacher aux règles de l'élégance du discours quand on n'emmerde pas son monde avec ça. Je ne force personne à lire mes élucubrations. Je ne corrige les élucubrations de personne hors demande expresse de l'intéressé(e), et bien sûr celles de mes élèves, mais c'est justement pour ça qu'on me paye. Bref, je n'emmerde personne, mais je ne supporte pas - du tout - qu'on m'empêche de tripatouiller à ma guise un texte dont je suis l'auteur. Or c'est précisément ce à quoi prétendait l'éditeur avec lequel j'avais signé la publication des aventures de Victor. Pas de discussion possible, ni sur la place d'une virgule, ni sur quelque modification dont la nature ne fût pas strictement orthographique. J'ai essayé de négocier, je me suis heurtée à un mur. Alors je me suis collé mon manuscrit sous le bras, et je l'ai remis dans la pile de bordel sur mon bureau, une plume au chapeau...

Posté par Marie Fox à 18:04 - equarissage - Commentaires [2] - Permalien [#]

piedmarie3


Commentaires

    Comme c'est dommage,

    j'étais ravie pour toi que les aventures de Victor fussent publiées ! Pour moi aussi, j'aurais peut-être pu me le procurer, j'avais beaucoup aimé, elle me rappelait ma grand-mère ... Mais ça je te l'ai déjà dit ! Allez, ne baisse pas les bras, tu trouveras moins c.. omment dire, moins pointilleux .........

    Posté par Pat, mercredi 29 juin 2016 à 18:24
  • boh, c'est pas bien grave. Cette dame confond le métier d'éditeur et celui de marchand de poisson. J'ai rien contre les marchands de poissons, tant qu'ils se servent pas de mes livres pour emballer leurs morues, on verra ailleurs....

    Posté par marie, jeudi 30 juin 2016 à 07:43

Poster un commentaire